Affichage de 79 résultats

Notice d'autorité

Aubes 3935

  • A1
  • Collectivité
  • November 1981-March 1990

Aubes 3935 fut fondée en novembre 1981 par Annie Molin Vasseur, qui administra la galerie jusqu'à sa fermeture le 25 mars 1990. Au début, la galerie se spécialisait dans les livres d'art et, entres autres choses, elle concours aux niveaux des national (1984) et international (1986) de livres canadiens d'art. La galerie est ensuite agrandie pour présenter des expositions d'art contemporain (peintures, dessins, sculptures, installations, etc.) d'artistes du Québec, du reste du Canada, de l'Europe et des États-Unis.

Palmer, Alan Douglas

  • AP1
  • Personne
  • May 18, 1913-March 28, 1971

Alan Douglas Palmer naît à Montréal le 18 mai 1913 et y décéde le 28 mars 1971. Il amorce sa carrière journalistique dans les années 1920, couvrant des événements sportifs pour la Presse canadienne et pour des hebdomadaires régionaux. Durant la deuxième guerre mondiale, il s'engage dans l'Armée canadienne pendant cinq ans, terminant sa carrière militaire en tant que journaliste pour le Maple Leaf, un journal de l'Armée. Après la guerre, il devient journaliste policier au Montreal Herald avant d'y obtenir sa propre chronique Man About Town, dont le thème est Montréal. Il devient alors l'un des spécialistes les plus respectés de la scène montréalaise. En 1949, il couvre des événements policiers en Floride pour le Key West Citizen, en plus d'effectuer des reportages pour la Associated Press et la Florida Daily Newspaper Association.En 1952, il revient au Montreal Herald, effectuant des reportages policiers. Il couvre également diverses activités reliées aux boîtes de nuit dans une chronique appelée Cabaret Circuit. À la disparition du Montreal Herald en 1957, il passe à l'emploi de la Gazette, couvrant d'abord les événement policiers, dont l'affaire Bercowitz; Louis Bercowitz avait des liens présumés aux syndicats criminels et était en prison pour homicide involontaire. Al Palmer écrit une chronique populaire sur Montréal intitulée Our Town. Parallèlement à sa carrière journalistique, Al Palmer écrit deux livres, Sugar-Puss et Montreal Confidential.

Robertson, Alex

  • AR1
  • Personne
  • 1907-1986

Alexander Robertson naît à Thorburn (Nouvelle-Écosse) en 1907. En 1943, il épouse Angela «Julie» Baccanale de Montréal, avec qui il a quatre enfants: Jennie, James, Anthony et Alexandra . Alex Robertson meurt le 10 septembre 1986 à Montréal.

À 18 ans, il voyage à Vancouver. Il y obtient un diplôme d'un collège commercial. Durant les années 1930, il travaille comme expéditeur, contremaître, gérant de service et de production, d'abord à Halifax, puis à Montréal à partir de 1935. En 1941, il s'enrôle dans le Donnacona Montréal RCNVR qu'il quitte l'année suivante pour la marine où il devient officier marinier-rédacteur, en poste à Stadacona à Halifax. En 1943, il est envoyé sur un destroyer qui prend la tête d'un convoi vers l'Irlande. Après la guerre, il retourne à Truro (Nouvelle-Écosse). Il déménage à Montréal en 1949, où il travaille dans l'industrie textile. Par la suite, il travaille au département de la paie de l'Hôpital Royal Victoria. Il prend sa retraite en 1972, mais continue à faire du bénevolat dans la caisse populaire de l'Hôpital jusqu'en 1974. Il consacre alors une grande partie de son temps à ses passe-temps favoris.

Jeune enfant, il prend des leçons de piano et de violon. Alors qu'il est adolescent, il joue du banjo et dirige un orchestre qui joue à l'occasion de danses dans des écoles et lors d'activités sociales. C'est dans la marine qu'Alex développe son intérêt pour le jazz et qu'il commence sa collection. Ses recherches l'amènent à produire une chronologie de spectacles musicaux, dont ceux de jazz, présentés à Montréal entre les années 1913 et 1970, à partir de journaux montréalais. Pendant quelques 40 années, il fait des recherches sur l'industrie du disque, particulièrement sur le jazz américain enregistré au Canada. Il produit les compilations la Apex 8000 Numerical, la Canadian Compo Numericals et la Canadian Gennett and Starr-Gennett 9000 Numerical. Les deux derniers furent publiées dans la revue Record Research, en 1983 et en 1986.

En regroupant la discographie de ces compagnies et en déterminant l'origine des enregistrements (ceux faits en studio à Montréal ou ceux faits à partir de bandes maîtresses venant des États-Unis), il peut identifier les musiciens américains célèbres qui endisquaient à Montréal sous un pseudonyme.

La Discophile Society a nommé Alex Robertson «a discographical scientist».

Bazar, Beatrice

  • BB1
  • Personne
  • Octobre 14, 1914 - septembre 28, 2009

Beatrice Millman Bazar est née le 14 octobre 1914 à Montréal, au Québec, en tant que fille d'Aaron et de Rose Millman. Elle était mariée à Bernard Bazar. Ils ont eu deux fils, Leonard et Ronald. Beatrice Bazar est décédée le 28 septembre 2009 à l'âge de 94 ans. Beatrice Bazar était impliquée dans la communauté au niveau local et national. En 1935, elle a participé à l'ouverture de la première école prématernelle Montessori reconnue par le gouvernement du Québec. Bazar était co-fondatrice de la Galerie d'art Dominion avec sa mère et la Division de la jeunesse du Congrès juif canadien. Bazar a siégé à de nombreux conseils d'administration, dont celui de l'Association des Nations Unies au Canada, où elle a été présidente, directrice de la Fondation canadienne des droits de la personne, présidente de l'Institut canadien des affaires internationales, et présidente de la "Foundation for International Training in Third World Countries". Bazar a reçu plusieurs médailles tout au long de sa vie, dont l'Ordre du Canada, décerné le 25 octobre 1990.

Bowden Clipping Service

  • BCS1
  • Collectivité
  • [19--?]-

Bowden Clipping Service, situé à Kitchener, en Ontario, fait partie de la société canadienne de suivi des médias MH Media Monitoring Limited, propriété de Maclean Hunter Publishing, et depuis avril 1994, de Rogers Communications. Bowden Clipping Service a été utilisé par les bibliothèques de l'Université Concordia pour trouver des articles dans les journaux et magazines canadiens français et anglais concernant le poète Irving Layton. La société enverrait les coupures de presse par courrier de première classe sur une base hebdomadaire. Les bibliothèques ont cessé d’utiliser les services de la société en mai 1993.

McKenna, Brian

  • BM1
  • Personne
  • August 8, 1945-

Brian McKenna naît à Montréal le 8 août 1945. Il est marié à la journaliste Anne Lagacé Dowson.

Dans son enfance, Brian McKenna habite le centre-ville de Montréal et débute son éducation à une école francophone de la Congrégation de Notre-Dame. Ensuite, sa famille emménage à Valois dans la banlieue de Montréal, et plus tard à Beaconsfield. Pendant qu'il est étudiant à l'école secondaire St-Thomas à Pointe-Claire, McKenna travaille comme rédacteur aux sports pour le journal du collège, le St. Thomas News. À la fin de ses études secondaires en 1963, et est accepté en deuxième année du programme «Honours English» au Collège Loyola. Il s'associe à la société de débat et à l'hebdo du collège, le Loyola News. Au Loyola News, McKenna travaille comme journaliste, ensuite au secrétariat de la rédaction, et finalement au poste de rédacteur aux informations. Il est nommé rédacteur en chef en l'automne 1966. En 1967 il reçoit un B.A. en lettres anglaises. On l'engage comme journaliste d'été au journal le Montreal Star pour faire du reportage sur l'exposition mondiale Expo 67. En automne 1967 il retourne aux études et au poste de rédacteur en chef du Loyola News. En 1968 il reçoit un diplôme en sciences de communication.

Au fil des années, Brian McKenna travaille comme journaliste, auteur, réalisateur de film, producteur et collaborateur à plusieurs émissions de radio et de télévision locales et nationales. En 1968, il devient journaliste à temps plein au Montreal Star. De novembre 1969 à 1971 il est envoyé spécial au parlement d'Ottawa. Il démissionne du Montreal Star en septembre 1973, et devient rédacteur à The City at 6, une émission d'affaires courantes et d'informations locales mise en ondes par la Canadian Broadcasting Corporation. Au même moment, il est l'envoyé québécois pour l'émission radiophonique nationale As It Happens de la CBC. À l'automne de 1975, McKenna se joint au programme national d'affaires courantes, The Fifth Estate, comme fondateur et réalisateur; il y reste jusqu'en 1988. De plus, entre 1972 et 1995, il réalise indépendamment plusieurs films. À l'automne de 1980, on crée la McKenna Purcell Productions Inc., et par la suite les services de McKenna se font entreprendre par le biais de cette compagnie. En 1989, il est nommé «Max Bell Fellowship» professeur invité à l'École de journalisme de l'Université de Regina; il enseigne la réalisation de films documentaires. Brian McKenna et Susan Purcell créent la compagnie Wartime Productions Inc. en novembre 1989. McKenna travaille aussi sur divers projets avec son frère Terence McKenna.

Brian McKenna rédige des articles pour les revues Saturday Night, Weekend Magazine, Literary Review of Canada, Cité libre, et Last Post, et périodiquement il fait des critiques de livres pour les journaux Montreal Gazette et Toronto Star. Il est co-auteur d'une biographie du maire de Montréal, Jean Drapeau et il rédige des articles pour The Canadian Encyclopedia sur les maires de Montréal, Camilien Houde et Jean Drapeau

À travers sa carrière, Brian McKenna reçoit plusieurs honneurs et prix. En 1968, il est nommé Grand Old Man par le Loyola News, et est honoré comme Homme de l'année à la cérémonie annuelle des Prix Étudiants. En 1973, il gagne un prix ACTRA pour les textes et pour la réalisation du film documentaire «Settling Accounts», réalisé pour The City at 6. Le film gagne également le prix Anik pour reportage. McKenna gagne deux prix Gemini pour And Then You Die. Il reçoit cinq prix Gemini pour The Valour andthe Horror, une série télévisuelle réalisée en anglais et en français. Il reçoit également quatre prix ACTRA, dont un pour His Worship Jean Drapeau, trois rubans du American Film Festival, deux prix Golden Sheaf du Yorkton Film Festival, une médaille au New York Film Festival, une plaque «Chris» au Columbus Film Festival, et des prix Wilderness et Anik pour The Killing Ground, qu'il co-écrit avec Terence McKenna.

Vazan, Bill

  • BV1
  • Personne
  • 1933-

Bill Vazan est né à Toronto en 1933. En tant qu'artiste, localisé à Montréal, il a travaillé pendant plusieurs années avec la photographie et le vidéo ainsi qu'avec la sculpture, surtout avec des roches.

Ses oeuvres sont exposées dans des galeries à travers le monde. Il était l'un des artistes de l'événement Corridart dans la rue Sherbrooke de 1976.

Corman, Cid

  • CC1
  • Personne
  • 29 juin 1924 - 12 mars 2004

Cid (Sidney) Corman est né à Boston, Massachusetts, le 29 juin 1924. Ses parents étaient d'origine ukrainienne. Corman était un poète, animateur de radio, et enseignant. En 1945, il a obtenu son baccalauréat des arts du Tufts College. Il a fait des études supérieures à l'Université du Michigan, à l'Université de Caroline du Nord et à la Sorbonne à Paris. Il a travaillé à la radio WMEX de Boston de 1949 à 1951. En 1951, il a fondé le magazine de poésie Origin. Il est rédacteur en chef d'Origin jusqu'en 1984. En même temps, Corman a occupé un poste de professeur privé en Italie de 1956-1957, et au Japon entre 1956-1979. Il a épousé Shizumi Konishi en février 1965. Ensemble, ils ont déménagé à Boston au début des années 80, où Corman possédait et exploitait le Sister City Tea House en 1981. Le couple est revenu à Kyoto un an plus tard. Corman est resté au Japon jusqu'à sa mort le 12 mars 2004 à Kytoto, au Japon.
Les publications de Corman incluent Aegis: poèmes sélectionnés 1970-1980, And the Word, For Granted, Once and For All, et Words for Each Other. Beaucoup de ses œuvres ont été traduites en japonais. Corman a été récipiendaire de plusieurs prix, récompenses et subventions, dont le prix Hopewood, la subvention de la Fondation Chapelbrook, la National Endowment for the Arts Grant et le Lenore Marshall Memorial Poetry Award pour un nouveau livre de poèmes exceptionnel du Club du livre du mois .

Duncan, Clyde

  • CD1
  • Personne
  • November 23, 1912-March 6, 1973

Clyde Leonard Duncan est né le 23 novembre 1912 à Guelph en Ontario et est décédé à Montréal le 6 mars 1973. Issu d'une famille de musiciens, Clyde Duncan apprend les rudiments de la musique et du piano dès son enfance. Il joue ensuite du banjo et de la guitare dans un groupe à l'école secondaire. Il étudie également la comptabilité. Vers 1933-1934, il rejoint son frère Lloyd à Montréal et joue du banjo, puis devient le bassiste des Canadian Ambassadors de Myron Sutton. Dès lors, la basse devient son principal instrument. Membre du Canadian Clef Club, il en est vice-président de 1935 à 1938 et secrétaire en 1940. Il a également travaillé avec Herb Johnson au Roseland Ballroom vers la fin des années 1930. Il s'engage dans l'armée en 1940. Il joue dans le fanfare du District n˚4 de l'armée à Montréal avant d'aller sur le front en Europe. Libéré en 1945, il commence à travailler pour le Canadien Pacifique. Il quitte Montréal en 1946 pour s'établir avec sa famille à Val-d'Or et rejoint le Howard Gegear quintette au Club Morocco. Il travaille à temps plein comme musicien jusqu'en 1951 lorsque, pour des raisons financières, il déménage à Chibougamau avec sa famille. Là, il travaille comme comptable à temps plein et travaille aussi à temps partiel comme musicien, en plus de donner des leçons privées de piano jusqu'en 1968. Il participe activement à la vie communautaire. Pour des raisons de santé, il cesse toute activité musicale en 1968. Il laisse la comptabilité et prend sa retraite en 1972 et retourne avec sa famille vivre à Montréal, dans le quartier Pointe Saint-Charles.

Corridart dans la rue Sherbrooke

  • CDLRS1
  • Collectivité
  • July 7-13, 1976

Exposition ouverte le 17 juillet 1976, Corridart: dans la rue Sherbrooke est l'une des principales réalisations du Programme des arts et de la culture pour les Jeux olympiques de 1976 à Montréal. Corridart a été organisée par l'artiste architecte Melvin Charney et coordonnée par André Ménard du Programme des arts et de la culture du Comité organisateur des jeux olympiques (COJO). Elle fut financée par une subvention de 386,000$ du ministère des Affaires culturelles du Québec.

Initiallement proposé par Fernande Saint-Martin comme un festival d'art sur la rue, Corridart a plutôt adopté le thème du rôle de la rue dans l'histoire et la société de Montréal. Une compétition avec jury a été ouverte à tous les artistes du Québec jusqu'en décembre 1975. Trois cent six projets ont été soumis. L'esposition était constituée de 22 projets et s'étendait sur 5.5 miles le long de la rue Sherbrooke entre l'avenue Atwater et le boulevard Pie-IX où était situé le site olympique. Corridart prit la forme d'une série de projets individuels dans un assemblage continu connu sous le nom de Mémoire de la rue qui liait ensemble les installations et les activités.

Corridart devait se tenir du 7 au 31 juillet. Les artistes commencèrent à installer leurs oeuvres en juin. Le 7 juillet, un vernissage pour commémorer l'ouverture de l'exposition eut lieu à la Galerie d'art de l'Univrsité du Québec à Montréal sur la rue Sherbrooke. Il y eut des difficultés: certaines oeuvres furent vandalisées et certains artistes dont les projets ne furent pas choisis protestèrent à cause des modalités d'attribution. L'oeuvre d'Andy Dutkewych Suspension Two fut enlevée de son site au Parc Lafontaine par le département des parcs de la Ville de Montréal le 7 juillet, parce qu'il était considéré dangereux.

Le 13 juillet, le maire Jean Drapeau et le comité exécutif de la Ville de Montréal en ordonnèrent le démentèlement. Ils alléguèrent que les oeuvres contrevenaient aux règlements municipaux sur l'occupation de la place publique et que certaines d'entre elles représentaient un danger pour le public. Toutefois, les jounaux rapportèrent les propos d'un porte-parole du bureau du maire qui disait que l'exposition avait été démantelée par qu'elle était laide et obscène. Des employés municipaux, avec protection policière, enlevérent la plupart des oeuvres, incluant l'assemblage continu, dans la nuit du 13 juillet. Plusieurs oeuvres furent démantelées par leur propre créateur. Le démantèlement complet dura trois jours. Plusieurs sculptures qui étaient situées sur des propriétés privées sur la rue Sherbrooke furent laissées. La majorité des oeuvres d'art enlevées par les employées municipaux furent irrémédiablement ou sévèrement endommagées. Le ministre des Affaires culturelles du Québec, Jean-Paul L'Allier, ordonna que l'exposition soit remise en place, mais il fut ignoré par les dirigeants de la Ville.

À la fin de l´été 1976, une poursuite légale fut intentée par plusieurs participants de Corridart. En novembre, 12 artistes de Corridart entamèrent une poursuite civile en dommages contre la Ville de Montréal pour 350,000$. Cinq ans plus tard, une décision fut rendue basée plus sur les défauts esthétiques perçus de Corridart que sur des précédents juridiques: les autorités considéraient que trop d'oeuvres montraient des images défavorables de la ville, de ses habitants et de sa croissance. Bien que les artistes aient commencé un appel contre cette décision en 1982, la Ville de Montréal a réussi à freiner le tout. Finalement, en 1988 lorsque l'appel allait être entendu, le nouveau maire Jean Doré offrit un règlement hors-cour. Les 12 artistes impliqués dans la poursuite reçurent la somme totale de 85,000$. Près de 60% du montant fut utilisé pour payer les frais légaux. Les artistes reçurent donc environ 3,000$ chacun.

Les artistes, architectes, artisans et interprètes suivants furent impliqués dans Corridart dans la rue Sherbrooke:

Archigrok (Tom Dubicanac with Ted Cavanagh)
Pierre Ayot
Bruno Caroit
Jean-Serge Champagne
Melvin Charney
Yvon Cozic
Monique Brassard Cozic
Marc Cramer
Gilles Dussureault
Andy Dutkewych
Le Groupe de l'Enfant Fort
Denis Forcier
Serge Gagnon
Laurent Gascon
Trevor Goring
Michael Haslam
Louis L'Abbé
Jean-Claude Marsan
Bob McKenna
Kevin McKenna
Guy Montpetit
Danyelle Morin
Jean Noël
Kina Reusch
Pierre Richard
Lucie Ruelland
Jean-Pierre Séguin
Françoise Sullivan
Claude Thibodeau
Bill Vazan
René Viau

Une annexe à l'instrument de recherche liste les projets inclus dans Corridart dans la rue Sherbrooke. Elle contient les noms des créateurs de chaque oeuvre, une brêve description, sa localisation et une liste de photographies.

D'autres performances liées à Corridart ont eu lieu. Celles-ci incluaient des concerts de musique de chambre, des récitals de poésie (au Théâtre de la verdure du Parc Lafontaine), ainsi que des spectacles de clowns et de magiciens au Parc Lafontaine et au Carré St-Louis.

Une exposition, Directions Montréal 1972-1976, reliée à Corridart fut organisée à la galerie d'art auto-gérée Véhicule. Les artistes qui créèrent les oeuvres pour cette exposition furent:

Allan Bealy
Pierre Boogaerts
Charles Gagnon
Betty Goodwin
John Heward
Miljenko Horvat
Christian Knudsen
Suzy Lake
Claude Mongrain
Jacques Palumbo
Leopold Plotek
Roland Poulin
Henry Saxe
Roger Vilder
Hans Van Hoek
Irene Whittome.

Fry, Christopher

  • CF1
  • Personne
  • 18 decembre 1907 - 30 juin 2005

Christopher Fry était un poète et dramaturge anglais. Il est né à Bristol, en Angleterre, le 18 décembre 1907, comme fils de Charles John Harris, maître d'œuvre et prédicateur laïc de l'Église d'Angleterre, et d'Emma Marguerite Fry Hammond Harris. Né Arthur Hammond Harris, le dramaturge a adopté le nom de famille Fry pour sa grand-mère maternelle. À la fin de la vingtaine, il adopta le nom de Christopher Fry. Fry a fréquenté la Bedford Modern School, où il a développé une appréciation pour le théâtre. C'est ici qu'il a écrit sa première pièce à l'age de 11 ans. En 1929, après avoir brièvement travaillé comme professeur, Fry se consacre à l'art dramatique. En plus de jouer, de mettre en scene et d'écrire, il dirigea également une compagnie de répertoire à Tunbridge Wells, qu'il fonda en 1932. En 1939, Fry devint le directeur artistique de l'Oxford Playhouse. Christopher Fry était un dramaturge prolifique. Ses principales œuvres théâtrales comprennent : Le garçon avec une charrette (1938), La tour (1939), A Phoenix too Frequent (1946), The Firstborn (1948), Thor, With Angels (1948), The Lady's Not For Burning (1948) , Venus Observed (1950), The Dark Is Light Enough (1954) et A Yard of Sun (1970). Les adaptations incluent Ring around the Moon (1950) et The Lark (1955) de Jean Anouilh, Tiger at the Gates (1956), Duel of Angels (1958) et Judith (1962) de Jean Giraudoux, et Peer Gynt (1970) de Henrik Ibsen. Fry a également été scénariste pour les films suivants : The Beggar's Opera (1953), Ben-Hur (1959), The Bible : In the Beginning (1966) et Barabbas (1969). Christopher Fry a été nominé pour un Tony Award de la meilleure pièce en 1956 pour son adaptation de la pièce de Giraudoux "Tiger at the Gates". Il a reçu la Médaille d'or de la Reine pour la poésie en 1962. La même année, il a été élu membre de la Royal Society of Literature. En 1999, The Lady's not for Burning a été élue l'une des meilleures pièces du XXe siècle dans un sondage mené par le Théâtre national. Fry est décédé à Chichester, en Angleterre, le 30 juin 2005.

Gutsche, Clara

  • CG1
  • Personne
  • 1949-

Clara Gutsche, photographe, éducatrice et critique, est née à Saint-Louis, Missouri, le 20 avril 1949. Depuis son immigration au Canada en 1970, elle vit à Montréal, Quebec. Gutsche a étudié les arts visuels à l'Université Concordia, où elle a obtenu sa maîtrise des arts en photographie. Clara Gutsche enseigne la photographie à l'Université Concordia. Gutsche a été membre fondateur de la Powerhouse Gallery et a participé à la première exposition de la galerie, Windows: From the inside out: Painting, photography, ceramic and sculpture (1973). Elle était également impliquée dans les activités du magasin d'artisanat The Flaming Apron.

Conseil québécois de l’estampe

  • CQE1
  • Collectivité
  • 1978-2005

Le Conseil québécois de l’estampe (CQE) a été fondé en 1978 sous le nom de Conseil de la gravure du Québec. Le CQE contribue à la visibilité des nouveaux artistes de l'estampe en organisant des expositions et en facilitant le réseautage entre les artistes et les organisations partenaires à travers des rencontres et des événements. Le CQE vise à améliorer les conditions des artistes et à faire connaître leurs pratiques à travers leurs publications comme le Code d'éthique de l'estame originale, publié pour la première fois en 1983. En 1988, le CQE crée le Prix Albert-Dumouchel pour récompenser les nouveaux artistes de l’estampe. Dans l’année 2002, le CQE a aussi créé le Mois de l'estampe, renommée plus tard comme Mois de l'art imprimé. Le nom de l'organisation a été changé de Conseil de la gravure du Québec à Conseil québécois de l'estampe en 1983. En 2005, le CQE devient Arprim (Regroupement pour la promotion de l'art imprimé) en réponse aux nouveaux besoins de la scène artistique de l’estampe.

Smith, Carolyn

  • CS1
  • Personne
  • [19--?]-

Carolyn Smith était propriétaire de la librairie "The Book Cellar" sur rue St. James à Hamilton, Ontario. Dans les années 1960 et 1970, Carolyn Smith a fréquemment organisé des lectures de poésie dans sa librairie ainsi qu' à la First Unitarian Church, également située à Hamilton. Parmi ceux qui ont donné des lectures lors de ces événements, il y avait Irving Layton, une connaissance de Smith.

Concordia University. Records Management and Archives

  • CURMA1
  • Collectivité
  • 1973-

Le Service des archives de l'Université concordia a été créé en 1974. Il est le dépositaire officiel des documents de l'Université Concordia et de ses deux institutions fondatrices, le Loyola College et la Sir George Williams University. Le Service des archives acquiert et traite des fonds et collections d'archives privées dont les contenus sont reliés à l'histoire de l'Université Concordia ou aux activités de recherche qui s'y déroulent. Une des zones d'excellence du Service des archives de l'Université Concordia est la musique de jazz, afin de soutenir le département de musique.

Harper, Dorothy

  • DH6
  • Personne
  • Avril 1921 - décembre 2003

Dorothy Evelyn Harper est née le 3 avril 1921 à Victoria, en Colombie-Britannique. Elle a déménagé à Ottawa, en Ontario, lorsqu'elle était adolescente, puis a vécu et travaillé à Montréal, au Québec. En septembre 1947, Harper épousa Allan Gordon (Gord) Craig alors qu'il était dans l'Aviation royale canadienne. Ils ont eu deux enfants, respectivement en 1953 et 1955. Dans les années 1960, Harper a lancé sa propre entreprise, Dorothy E. Craig Imports, qui importait entre autres des vêtements et des chaussures pour femmes de Hong Kong. Harper est décédé en décembre 2003.

Rath, Dorothy

  • DR1
  • Personne
  • 1922-2011

La poète canadienne Dorothy Rath est née à Barrie, Ontario, en 1922, ou elle résidait jusqu'à son décès le 12 mai 2011. Elle était mariée à John Rath. Elle était une admiratrice dévouée du poète canadien Irving Layton. En 1963, Dorothy Rath a écrit une lettre à Layton, à laquelle Layton a répondu, marquant le début d'une amitié de trente ans. La correspondance entre Layton et Rath a été publiée dans An Unlikely Affair par Mosaic Press en 1980. En outre, Rath a publié deux ouvrages de poésie : All My World Away : Poems, publié en 1997, et The Slender Thread, publié en 1973.

Mather, Edith

  • EM1
  • Personne
  • 1925-2017

Edith H. Mather est une photographe montréalaise et une ancienne membre du personnel des Services des collections aux bibliothèques de l'Université Concordia. Elle est née à Hampstead, au Québec, en 1925. Elle a étudié les sciences à l'Université McGill jusqu'en 1946. En 1964, Edith Mather a épousé le poète Bryan McCarthy. Ils vivaient à Westmount, Montréal. Après la naissance de son fils, Mather se consacra a la photographie. Edith Mather est connue pour ses photographies candides en noir et blanc de Montréal, qu'elle a développées et imprimées chez elle. Elle avait donné sa collection de photographies au Musée McCord en 2012. Ses photographies documentent l'évolution du paysage urbain de Montréal. Plusieurs portent sur la démolition survenue à Saint-Henri avant la construction de l'autoroute Ville-Marie. Mather a publié le livre "Touches of fantasy on Montreal Streets" en 1977. Edith Mather a pris sa retraite des bibliothèques de l'Université Concordia à l'âge de 82 ans. Elle était amie avec Irving Layton.
Edith Mather est mort a Montreal en 2017.

Orion Brownell, Edwin

  • EOB1
  • Personne
  • 30 novembre 1964-

Edwin Orion Brownell est musicien et étufiant en histoire à l'Université Concordia.

Brault, François

  • FB1
  • Personne
  • December 7, 1941-

François Brault est né à Montréal le 7 décembre 1941. Il a réalisé pour l'Office national du film du Canada environ 30 films documentaires sur l'art sacré au Québec.

Fleming, Gordie

  • FL1
  • Personne
  • August 3, 1931 - August 31, 2002

Gordon Kenneth Fleming est né à Winnipeg le 3 août 1931. Il a commencé sa carrière au théâtre vaudeville à Winnipeg à l'âge de cinq ans et a continué à cheminer vers une carrière de musicien professionnel. Il a joué à la radio et à la télévision et était bien connu comme accordéonniste de jazz. En 1949, il est venu s'installer à Montréal et a joué dans différentes boîtes de nuit comme le Bellevue Casino, l'Esquire, le Downbeat et El Morocco, avec parfois des noms bien connus tels que Lena Horne, Nat King Cole, Cab Calloway et Billy Eckstein. Gordie Fleming fut le récipiendaire de plusieurs prix dont le Canadian Jazz Poll quatre années de suite de 1952 à 1955. Ila fait l'enregistrement de plusieurs types de musique pour London, RCA et d'autres étiquettes en plus d'écrire les trames sonores de plusieurs films pour l'Office national du film et Columbia/Screen Gems. Il est déménagé à Toronto en 1977 et y a joué dans plusieurs boîtes de jazz comme Bourbon Street et George's Spaghetti House. Il est décédé à Toronto le 31 août 2002. Il a été marié à la chanteuse Joanne Lalonde pendant 47 ans et ils ont eu sept enfants.

Bourgeois, Gail

  • GB1
  • Personne
  • [19--]-

Gail Bourgeois est une artiste, une commissaire indépendante et une écrivaine. Elle a obtenu une baccalauréat en beaux-arts de l'Université Concordia en 1984 et une maîtrise en beaux-arts en 1991. Elle a entrepris plusieurs projets de commissariat depuis 1996, tenu ses propres expositions depuis 1985, collaboré à d'autres expositions et d'autres projets, participé à des séminaires et d'autres activités professionnelles et été membre des conseils d'administration de plusieurs galeries d'art et des centres de ressources gérés par des femmes artistes, tels que Powerhouse Gallery/La Centrale.

Gail Bourgeois a été commissaire de l'exposition Powerhouse: Qui sommes-nous aujourd'hui. Tenue en 2001, l'exposition contenait des autoportraits de 14 membres fondateurs de la galerie. Cette dernière détient toujours le record de longévité au Canada pour une galerie gérée par des femmes. L'exposition a été tenue à la McLure Gallery à Westmount, au Québec.

Grant family

  • GF1
  • Famille
  • [17--]-

La famille Grant a émigré d'Aberdeen, en Écosse, à Montréal dans les années 1830. Alexander Gregory Grant est né en 1814 à Aberdeen, en Écosse, en tant que fils de George Grant, et est décédé en 1897 à Montréal, au Québec. Alexander Gregory Grant a émigré avec sa femme Elizabeth Emslie (décédée en 1854). Ils ont eu six enfants: George R., Louisa, Emily, Cecilia, Alexander et Agnes. Alexander Gregory Grant a fait ses études en Espagne et a travaillé comme instructeur apres son arrivee en Amérique du Nord. Il a enseigné à la West Point Military Academy au New Jersey, États-Unis, et plus tard à Montréal. Son fils, George R. Grant, était le directeur du domaine de Sir William Logan et de diverses entreprises. La famille occupait plusieurs maisons dont une rue Saint-Hubert et une autre avenue Esplanade à Montréal, Québec.

Katz, Gertrude

  • GK1
  • Personne
  • 1929-

Gertrude Katz, militante sociale, enseignante, écrivaine et poète, est née le 7 novembre 1929 à Montréal, Québec. Dans les années 1960, Katz s'intéresse activement à la réforme de l'éducation au Québec et s'implique auprès du Comité des écoles neutres pour une période de cinq ans. En tant que membre de ce comité, elle luttait pour un changement dans le système scolaire de la province, lequel était basé sur des critères religieux. Katz a rencontré le Dr Henry Morgentaler en 1965 alors qu'il faisait partie du Comité des écoles neutres, et elle est restée son amie et associée pendant de nombreuses années, aidant à former le Comité de défense de Morgentaler à Montréal en 1972-1973. Katz a également été directrice de campagne électorale du Dr Morgentaler au Québec en 1972-1973 En 1972, elle a aidé à former la section de Montréal de la Canadian Abortion Rights Action League. Katz a été contrôleur pour les cliniques Morgentaler à Montréal, Toronto, Winnipeg, Edmonton, Fredericton, Halifax et St. John's entre 1978 et 2005. Katz a enseigné la rédaction créative sur une base volontaire au pénitencier fédéral de Saint-Vincent-de-Paul. Ce travail aboutit à la publication de The Time Gatherers (1970). Les autres livres de Katz incluent Poems for 27 Cents, avec une introduction d'Irving Layton (1961), Through Mist, Weeds et Water (1973) et Duet (1982). De plus, Katz a publié de nombreux articles dans The Canadian Forum, Fiddlehead, Evidence, Booster & Blaster, Feminist Communication Collective, Viewpoints, Anthanor et Humanist in Canada. Deux de ses poèmes ont été publiés dans Love Where The Nights Are Long, éditées par Irving Layton (1962), avec qui elle avait une amitié de longue date et des relations commerciales, et dans Essential Words, édité par Seymour Mayne (1985). En 1973-1974, Katz a dirigé un atelier d'écriture à la Powerhouse Gallery (maintenant La Centrale Galerie Powerhouse). Elle est mariée à Carl Katz et a deux filles.

Whiston, Henry

  • HW1
  • Personne
  • 1928-1984

Henry Frank Whiston est né à Montréal en 1928. Il fut étudiant au High School of Montreal. Il épousa Mary Xenos en 1960. Ils eurent deux filles: Barbara Eleanor et Lorraine Susan. Il est décédé à Montréal le 24 juin 1984. Durant ses études, il travailla à la Canadian Broadcasting Corporation. Il devint ensuite producteur à temps plein et continua à travailler à CBC jusqu'à sa retraite en 1976. Son intérêt pour le jazz étant de longue date, il travailla en tant que recherchiste, rédacteur et producteur pour l'émission de radio de CBC-AM, Jazz at Its Best, qui fut diffusée les samedis matin de 1952 à 1968. Durant les années 1950, l'émission fut diffusée seulement à Montréal, mais durant les années 1960, elle fut diffusée à l'échelle nationale. Ted Miller en était l'animateur. Henry Whiston a aussi produit d'autres émissions radiophoniques.

Irish Canadian Heritage Society

  • ICHS1
  • Collectivité
  • 1965-

La Irish Canadian Heritage Society a été fondée en février 1965 à Pointe-Claire, au Québec, par Fred G. Sullivan, à l’instar de l'Irish American Heritage Society, créée quelques années auparavant.
Le premier président de l'organisation était Fred G. Sullivan, suivi de Rory O'Sullivan, qui transferait la direction de la société à Baie-D'Urfé, au Québec.
La mission de la Irish Canadian Heritage Society consistait « à favoriser la connaissance d’Irlande et de ses institutions culturelles et à apprécier la contribution irlandaise au mode de vie canadien".
La société organisait régulièrement des réunions ou des conférenciers présentaient divers sujets liés à l'Irlande et aux Irlandais au Québec.

Layton, Irving

  • IL1
  • Personne
  • 12 mars 1912 - 4 janvier 2006

Le poète canadien Irving Layton est né sous le nom de Israël Pincu Lazarovitch, à Tirgu Neamt en Roumanie,le 12 mars 1912. Un an plus tard, en 1913, sa famille est immigrée au Canada et s'est installée a Montréal. Layton a fréquenté l'école primaire Alexandra et l'école secondaire Baron Byng. Il a obtenu un baccalauréat des sciences en agriculture en 1939 du MacDonald College (aujourd'hui Université McGill). Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Layton s'est enrôlé dans l'armée canadienne. Par contre, il a reçu une décharge honorable en 1943. En 1946, Layton s’est inscrit à l’Université McGill où il a obtenu une maîtrise en sciences politiques. Le poète a commencé à enseigner l'anglais, l'histoire et les sciences politiques à l'école secondaire Herzilah High School à Montréal en 1949. Il a continué à enseigner toute sa vie. Il a enseigné la poésie moderne anglaise et américaine à l'Université Sir George Williams (aujourd'hui l'Université Concordia), de 1949 à 1965. De 1970 à 1978, il a été professeur titulaire à l'Université York.
Au cours des années 40 et 50, Layton a contribué à et édité de nombreux magazines de poésie canadiens, dont First Statement, avec son ami et poète Louis Dudek, et le Northern Review, qui comprenait des éditeurs tels que A.M. Klein, Patrick Anderson, F.R. Scott et P.K. Page. Layton a été poète en résidence à l'Université de Guelph (1969-1970), et écrivain en résidence à l'Université de Toronto (1981). En 1985, l'auteur a publié son mémoire Waiting for the Messiah. En 1988, Irving Layton est devenu écrivain en résidence à l'Université Concordia. Tout au long de sa carrière, Layton publiera de nombreux recueils de poésie et de courts essais, notamment: Le sac Gucci, Les jumelles améliorées, Reckoning final, Red Carpet for the Sun, The Covenant, The Cold Green Element, For My Neighbours in Hell, For My Brother Jésus, Balls for a One-Armed Juggler, Collected Poems, The Whole Bloody Bird, A Wild Peculiar Joy, The Tightrope Dancer, The Laughing Rooster, et The Shattered Plinths.
Layton a été nominé pour le prix Nobel de littérature de la paix en 1982 et 1983.
Irving Layton est décédé à Montréal, Québec, le 4 janvier 2006 à l'âge de 93 ans.

Jazz Association of Montreal Inc.

  • JAM1
  • Collectivité
  • 1988-1997

Fondée en 1988, la Jazz Association of Montreal Inc. était un organisme sans but lucratif pour soutenir et promouvoir le jazz à Montréal. Ces objectifs principaux étaient de

(1) développer une plus grande appréciation du jazz en tant que forme d'art en donnant de la publicité aux activités dans la région de Montréal et en produisant des programmes culturels et éducatifs;
(2) d'encourager les jeunes musiciens de jazz et l'éducation dans le domaine du jazz;
(3) de promouvoir la conscience de l'esthétique du jazz et de sa place unique dans notre culture.

Aussi connue sous le nom Jazz Montréal, l'Association est inactive depuis 1997.

Bell, Joe

  • JB1
  • Personne
  • 1908-1972

Joe Bell naît le 20 décembre 1908 à Chester-le-Street, dans le Comté de Durham en Angleterre, et meurt le 4 décembre 1972 à Montréal. En 1919, il émigre avec sa famille au Canada et s'établit à Toronto. Il se marie en 1934, et lui et son épouse Anne ont une fille prénommée Joan.

Il acquiert sa formation musicale comme membre du Salvation Army Dovercourt Corps Band. Il travaille comme commis dans une banque, mais Joe Bell préfère recourir à ses habiletés de tromboniste pour gagner sa vie. En 1934, il quitte Toronto et le Old Mill où il jouait avec le Leo Romanelli Dance Orchestra, pour se joindre au Kramer Band à Montréal. Il joue alors dans de nombreuses boîtes de nuit telles le Lido, Chez Maurice et le Normandie Roof de l'hôtel Mont-Royal. De 1945 à 1965, Joe Bell est successivement premier et second tromboniste de l'Orchestre symphonique de Montréal. Il enseigne également au département de musique de l'Université McGill, ainsi qu'à la McGill Summer Music School dans les Cantons de l'Est. Il prend sa retraite en 1965.

Cambay, Mary-Jacques

  • JC6
  • Personne
  • [19--] -

Mary-Jacques Cambay a voyagé à travers la province du Quebec pour documenter l'histoire du vitrail dans les églises du Québec, principalement à l'aide de la photographie.

Résultats 1 à 30 sur 79